L’économie collaborative : une évolution du modèle socio-économique actuel

Nombre de vues : 34

Si certains, comme les députés, voient l’économie collaborative du mauvais oeil, il n’en reste pas moins qu’elle est une nouvelle forme de partage et de collaboration qui plaît à un grand nombre de personnes. Véritable concurrente des activités traditionnelles, l’économie collaborative évolue dans le bon sens auprès des particuliers.

Qu’est-ce que l’économie collaborative ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet, effectuons un petit tour d’horizon pour expliquer exactement en quoi consiste l’économie collaborative. Il s’agit en résumé d’un moyen de partager avec d’autres particuliers des services ou des objets. Si l’on va encore plus loin dans sa définition, l’économie collaborative est un moyen d’échanger ou de partager des services comme le covoiturage ou le bricolage, des cours tels que des cours de musique, de mathématiques, de danse ou tout autre type de cours, ou bien des biens comme un logement ou une voiture. Cette forme de partage se fait avec ou sans échange monétaire et se déroule en passant par une plate-forme collaborative. AirBnb, Blablacar ou Allovoisins font partie de ces plates-formes.

Il faut dire que c’est une idée ingénieuse qui plaît à un certain nombre de particuliers. Le média collaboratif est en pleine expansion et n’est pas encore prêt à décliner. Il y a vraiment de très nombreux avantages à faire partie d’un projet comme celui-ci. Grâce aux plates-formes existantes, chaque particulier peut bénéficier des services d’un autre dans tous les domaines d’activité. C’est un véritable partage de richesses qui tend de plus en plus à être utilisé.

Le gouvernement moins enthousiaste

Alors que certains partagent leurs biens pour pouvoir avoir une nouvelle rentrée d’argent, le gouvernement y voit là un moyen supplémentaire de taxer les ménages. Cette décision n’est pas vue du bon oeil auprès des écologistes présents lors du vote du texte à l’Assemblée nationale. Ces derniers voient en cette loi un moyen simple d’augmenter les prestations et services au « black » et surtout d’empêcher les ménages aux revenus moyens de pouvoir bénéficier d’une nouvelle source de revenus.

Et pourtant, le texte de loi prévoit bien une taxation sur les biens, services et prestations proposées par l’économie collaborative. En clair, si vous dépassez les 3 360 € de revenus par le biais de location de biens, vous serez soumis au RSI. Pour les personnes louant leur appartement via une plate-forme comme AirBnb, le seuil a été limité à 23 000 €.

VN:F [1.9.22_1171]
Vous jugez cette fiche utile ?
Rating: 5.0/5 (1 vote cast)