L’Allier, un département de choix pour ouvrir son cabinet dentiste ?

Nombre de vues : 13

Avec près de 43000 praticiens recensés dans toute la France pour des besoins en constante évolution, la profession de dentiste est de plus en plus demandée. L’Allier est le département où s’installer pour pratiquer l’odontologie, un projet qui revêt de nombreux avantages et ce pour de nombreuses raisons.

Une population vieillissante avec des besoins importants

Le point le plus important concernant le département de l’Allier est qu’il s’agit d’une région où la population est plutôt vieillissante. Selon les statistiques de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), plus de 30% de la population sera âgée de plus de 60 ans en 2025. 

Ces chiffres font que le besoin de soins en odontologie est important et que l’installation d’un cabinet de dentiste est un projet qui pourrait s’avérer avantageux pour les populations, mais aussi pour les praticiens.

Des délais de prise de rendez-vous qui tirent en longueur

En moyenne, les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous chez un dentiste en France varient entre 28 jours et plus de 60 jours. Cela dépend bien évidemment de la zone dans laquelle le patient réside et du nombre de praticiens en activité.

 En Allier, le nombre de dentistes enregistrés est passé de 250 professionnels en 2000 à 186 recensés en 2017 pour une population de près de 335 000 personnes. 

Le ratio est faible et envisager la recherche d’un cabinet dentiste dans l’Allier est donc une solution qui présage une meilleure prise en charge des malades et surtout une activité constante pour le médecin.

Bénéficier d’aide à l’installation pour concrétiser votre projet

Afin d’encourager l’installation des professionnels dans des zones où le besoin en soins est important, des aides sont mises à la disposition des praticiens. Le département de l’Allier a mis en place le dispositif Wanted pour lutter efficacement contre le désert médical.

Tout au long de votre installation, vous bénéficierez d’un accompagnement et selon votre profil, d’une bourse d’études. Si l’aide financière accordée à un médecin généraliste est de 10.000 €, celle d’un chirurgien-dentiste s’élève à 20.000 €. Et bien entendu, d’autres aides mises en place par l’État viendront compléter le tableau.

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Vous jugez cette fiche utile ?
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)