A la quête du point G

Nombre de vues : 1

Source de tous les fantasmes, le point G – cette petite zone localisée sur la face antérieure du vagin à l’entrée de la vulve entre l’os du pubis et le col de l’utérus – est le Saint Graal de toutes les convoitises sexuelles. Mais voilà, déclencher, provoquer chez la femme un orgasme vaginal et ouvrir le champ des plaisirs n’est pas toujours très facile. L’amplification du point G peut être possible. Plus puissant que l’orgasme clitoridien, l’orgasme du fameux point G peut être stimulé par le pouvoir stimulant d’un ou de plusieurs vibromasseurs sexuels. Alors mesdames, inutile de se faire injecter de l’acide hyaluronique dans le point G pour le faire gonfler et découvrir voire amplifier votre plaisir. Cette intervention ne fait d’ailleurs pas l’unanimité dans le corps médical, n’est pas prise en charge par l’assurance maladie et surtout, rien ne vaut un vibromasseur pour être excité et jouir finalement et ce, que l’on soit seule ou à plusieurs.

Quel vibromasseur choisir pour stimuler le point G ?

Tout dépend du plaisir recherché. Pour celles et ceux qui recherchent la jouissance au travers de la pénétration, mieux vaut opter pour un vibromasseur de forme phallique. Dans d’autres cas comme par exemple la stimulation clitoridienne, mieux vaut opter pour des vibromasseurs de petites tailles comme le cockring, le plug anal, le galet ou encore le faux rouge à lèvres.

En parallèle, il en existe des vibromasseurs connectés comme l’œuf vibrant, le pearl kiiroo ou encore le mini smart vibromasseur Bluetooth pour amener vers des plaisirs plus intensifs contrôlés par le partenaire. 

Dans tous les cas, d’une forme spécifique légèrement incurvée, le vibromasseur est spécialement conçu pour stimuler le point G et apporter une source de plaisir non négligeable. 

Un vibromasseur c’est quoi en fait ?

Souvent considérés comme des objets du XXIème siècle, les sex toys ont pourtant une origine bien lointaine. Il suffit d’observer attentivement les anciennes poteries grecques et romaines pour observer les olisbos et les gaude mihi. Quant aux vibromasseurs, il faudra attendre la fée électricité pour qu’ils soient créés. « Oh my god ! » sorti en 2011 retrace d’ailleurs ses origines dans l’Angleterre Victorienne où donner du plaisir permet de soulager l’hystérie féminine. 

De forme et d’aspect phallique ou non, il s’agit d’un objet qui doté d’un moteur stimule par vibration les zones érogènes. Le plus connu d’entre eux est le fameux petit canard et le plus plébiscité est le womanizer. Son utilisation est principalement externe. Il peut également être utilisé pour caresser d’autres zones telles que les seins, les lobes d’oreilles, le nombril par exemple. Ce dernier peut donc être utilisé en mode solo ou en mode duo. Dans ce second cas, il est employé pour pimenter la relation et stimuler les zones érogènes féminines mais aussi celles des hommes comme le pénis ou encore le périnée.

VA:F [1.9.22_1171]
Vous jugez cette fiche utile ?
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)